Cambriolages à Brignac

Information

gendarmerie

La gendarmerie vient de nous informer que deux cambriolages avaient eu lieu à Brignac.

Nous en appelons à votre vigilance

 

Monsieur le Maire, Henri JURQUET, vous rappelle les règles élémentaires de sécurité en la matière :

– fermer les portes à clefs et les fenêtres (ainsi que les volets) quand vous vous absentez même 5 minutes.

– la nuit, fermez les fenêtres ou utilisez l’oscillo-battant de celles-ci.

Cliquez sur le lien ci-dessous pour vous informer via le site du ministère de l’intérieur :

http://www.interieur.gouv.fr/A-votre-service/Ma-securite/Conseils-pratiques/Mon-domicile/Contre-les-cambriolages-ayez-les-bons-reflexes

La gendarmerie effectuera des rondes qui seront dissuasives, nous l’espérons.

 

Revue de presse : la RD4 fait couler de l’encre

RD4 toujours, la presse en parle. A force d’ameuter sur le sujet, les brignacois auront peut-être un jour des routes d’accès moins « défoncées » et dangereuses. Rappelons que nous sommes l’un des rares villages du coin à avoir des routes dans un tel état de délabrement (les exemples sont nombreux de routes moins passantes et pourtant refaites à neuf) et que que cela fait 17 ans que l’histoire traîne….

Midi libre RD4 26 juin La croix du midi RD4 27 juin 16

L’affaire de la RD4

Après un article paru dans le journal qui relatait la colère des élus concernant les lenteurs du projet de réaménagement de la RD4, M. Mesquida s’étonnait de cette réaction dans un courrier reçu le 17 juin en mairie, lettre que voici :

 

 

rd4 travaux réponse Mesquida bisPour réponse, voici ce que M. Jurquet, maire de Brignac lui renvoit :

réponse RD4 à K Mesquida

En hautes sphères, le dossier est-il maîtrisé ? Chacun sait-il ce qu’il y a dedans ? On est en droit de se poser des questions.

En espérant que ce sera moins long que précédemment….

Commémorations Appel du 18 juin 1940

Le Général De Gaulle contre vents et marées, menacé, accusé de trahir, a prononcé un discours qui a marqué l’histoire de France. Ce discours, celui du 18 juin 1940 nous a permis de nous relever. La France vaincue, soufflée comme une brindille, allait se battre, regagner le respect de ses alliés, et participer à retrouver sa liberté.

« Les chefs qui, depuis de nombreuses années, sont à la tête des armées françaises, ont formé un gouvernement.Ce gouvernement, alléguant la défaite de nos armées, s’est mis en rapport avec l’ennemi pour cesser le combat.

 
Affiche placardée au lendemain de l'appel du 18 juin 1940

Certes, nous avons été, nous sommes, submergés par la force mécanique, terrestre et aérienne, de l’ennemi. Infiniment plus que leur nombre, ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui nous font reculer. Ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui ont surpris nos chefs au point de les amener là où ils en sont aujourd’hui. Mais le dernier mot est-il dit ? L’espérance doit-elle disparaître ? La défaite est-elle définitive ? Non ! Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et vous dis que rien n’est perdu pour la France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire. Car la France n’est pas seule ! Elle n’est pas seule ! Elle n’est pas seule ! Elle a un vaste Empire derrière elle. Elle peut faire bloc avec l’Empire britannique qui tient la mer et continue la lutte. Elle peut, comme l’Angleterre, utiliser sans limites l’immense industrie des Etats-Unis. Cette guerre n’est pas limitée au territoire malheureux de notre pays. Cette guerre n’est pas tranchée par la bataille de France. Cette guerre est une guerre mondiale. Toutes les fautes, tous les retards, toutes les souffrances, n’empêchent pas qu’il y a, dans l’univers, tous les moyens nécessaires pour écraser un jour nos ennemis. Foudroyés aujourd’hui par la force mécanique, nous pourrons vaincre dans l’avenir par une force mécanique supérieure. Le destin du monde est là. Moi, Général de Gaulle, actuellement à Londres, j’invite les officiers et les soldats français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s’y trouver, avec leurs armes ou sans leurs armes, j’invite les ingénieurs et les ouvriers spécialistes des industries d’armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s’y trouver, à se mettre en rapport avec moi. Quoi qu’il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas. Demain, comme aujourd’hui, je parlerai à la Radio de Londres. »

Brignac, se souvient, Brignac a commémoré ce jour en présence d’anciens combattants médaillés, de membres de la légion d’honneur et de citoyens concernés. Les enfants ont déposé des gerbes au monument aux morts et au carré militaire. commémorations du 18 juin Brignac site   Puis, à la mairie, un verre de l’amitié a réuni les citoyens qui ont échangé dans la bonne humeur. Président des anciens combattants et SERGE BARCELLINI, le président du souvenir français (association loi de 1901, fondée en 1887 et reconnue d’utilité publique, le (l’une des plus anciennes de France) qui est investie d’une triple mission : conserver le souvenir de ceux qui sont morts pour la France ; entretenir les monuments élevés à leur mémoire ; transmettre le flambeau du souvenir aux générations successives. Le Souvenir Français a pour vocation d’honorer la mémoire de tous ceux qui sont morts pour la France qu’ils soient Français ou étrangers.) étaient présents ainsi que des représentants de la gendarmerie. vin d'honneur 18 juin Un bel hommage rendu.

Commémorations de l’appel du 18 juin

Chers concitoyens,

Cette année chargée en évènements tragiques pour la Nation nous engage à faire œuvre de citoyenneté, à se souvenir de ce que fut notre histoire et à faire front face à la barbarie.

Rassemblons-nous pour commémorer l’appel du 18 juin :

appel du 18 juin commémorations

Nous comptons sur votre présence et celle de vos enfants.

la colère du maire de Brignac fait la une du midi libre

Chers concitoyens

Après la parole, voici qui aura été lu par le plus grand nombre : « les brignacois en ont assez de leurs routes défoncées et dangereuses ! » . 17 ans que nous attendons quand ailleurs des chemins de vignes sont de vrais boulevards…

Le maire en parlait lors du dernier conseil municipal en disant son raz le bol de voir une nouvelle enquête publique ouverte alors que la précédente n’avait débouché sur rien, à part des promesses non tenues. Aujourd’hui, c’est à la une du Midi Libre que le coup de gueule est exposé.

 

Notre revue de presse :

 

midi libre aménagement rd4.