Si Brignac m’était conté

Présentation du projet

Le projet naît en 2022, à l’initiative de Mme LE MAIRE Marina BOURREL et sous la direction de Mme Brigitte SAINT PIERRE.

Un groupe de Brignacois(es) s’est constitué afin d’écrire l’histoire de leur commune : BRIGNAC

Après cinq mois de recherches (documents d’archives, divers ouvrages et collectes de témoignages) le groupe a pu écrire l’histoire qui suit.

BRIGNAC : Il en existe 3 en FRANCE

BRIGNAC DANS LE MORBIHAN : 56

BRIGNAC LA PLAINE DANS LA CORREZE : 19

BRIGNAC DANS L’HERAULT : 34

C’est ce dernier – dont l’étymologie nous est inconnue- qui nous intéresse.

Dans notre recherche, nous nous sommes basés sur l’archéologie et des documents écrits.

  • Archéologie :

Au lieu-dit Les Garels dans la plaine dite « la SALAMANE », à moins d’un Km au sud-ouest du village, un charruage agricole a révélé en 1983 l’existence d’un établissement gallo-romain. Sur une surface de 5000 M2 environ, il a été recueilli, en surface, des dolias (jarre), des amphores, des céramiques, pesons, et tuiles caractéristiques des Ier et 2èmesiècles de notre ère.

Au lieu-dit Saint Martin, au confluent du Rhônel et de la Lergue, un sanctuaire chrétien et une partie de son cimetière ont été découverts en 1983. Il s’agit du sanctuaire de St Martin, qui appartient à la famille des petits édifices préromans (construits avant l’an 1000) à nef unique et chevets quadrangulaires.

Ce sont, à ce jour, les seules implantations humaines connues sur la commune. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y en a pas eu d’autres antérieurement.

  • Premiers documents écrits :

1162 : l’église St Pierre est mentionnée une première fois. Par la suite, cette église va prendre le nom de St Pierre « AUX LIENS » en référence à l’apôtre Pierre. Prisonnier dans une geôle, il fut libéré de ses liens et de la prison par un ange.

1341 :  Le Ier AVRIL, Brignac est cité dans la transaction qui fixe les limites de Clermont et de Brignac.

En savoir plus : Au moyen âge, une localité (ville ou village) dépend :

– d’une paroisse : St Pierre.

– d’un seigneur : Les Guilhem de Clermont.

– d’une communauté d’habitants avec ses consuls : depuis 1341

Cette transaction de 1341 est l’acte de naissance de la communauté d’habitants qui, en 1790, devient notre commune actuelle.

SOMMAIRE

Présentation de notre territoire :

                Selon le cadastre napoléonien de 1835, la commune est divisée en 3 secteurs : A, B et C comprenant de nombreuses parcelles dont voici les noms :

SECTION A dite « de la Plaine » (578 PARCELLES) :

AUBENQUES, MARRE, LES FAISSES, RONEL, LES RIVIERES, THOS, LES POUSTERLES, FON DUBAYLE, LE SALAN, LES MILLIERES, LES BOUZIGUES, FONTANILLES, SAINT MARTIN, LES COLOMBAREDES, LE GARISSOU, LA PARRO, BRIGNAC.

SECTION B dite « de la Salamane » (503 PARCELLES) :

L’OLIVETTE, L’OLIVETTE DES COMBES, LES SARRUSSES, LE BROUNE, LA REGORDE, CANTACOUGNOULS, LES CLOTS, CAMALSES, CHEMIN DE CANET, LES CLAPASSES, LA ROUQUETTE, CHEMIN DE PEZENAS, LES BALESTES, L’AMELLAREDE, LES PUITS, LA SALAMANE HAUTE, LA SALAMANE BASSE, LES GARELS, LES BESSOUNIES, MURAILLES DE BALP, LES MUSCATS.

SECTION C « dite de Malnourrit » (159 PARCELLES) :

MALNOURRIT, LES SADARASSES, LES TANNES, LES FALSANDES, LES PASQUETTES, LES CATALOUNES.

 

Au cours de nos recherches sont apparus des grands thèmes

  • Le village : Moyen Age et Ancien Régime : avant 1789

Période contemporaine : Après 1789

 

  • La religion : La paroisse, les guerres de religion, le pèlerinage à Notre Dame du Peyrou, et les reposoirs du Saint Sacrement.
  • L’eau : Les puits, les citernes des maisons, la glacière, les norias, le château d ’eau, la Lergue et les inondations de 1907.
  • La viticulture : architecture vinicole
  • La vie quotidienne : les artisans, les commerces, Poste et Télégraphe, la fête annuelle.